L'International à l'UCO Bretagne Nord

L'International à l'UCO Bretagne Nord

Responsable de la Formation
Koulmig MALRIEU

À visage découvert

Cette rubrique est une invitation à la lecture des récits d’actions internationales riches et variées menées à bien par nos étudiants. Certains enseignants ont aussi des choses à raconter … Profitons-en ! « A visage découvert » est une porte ouverte sur toutes sortes d’actions, ou de réflexions, mais permet aussi à des journalistes en herbe de se frotter au reportage, et à la rédaction d’articles courts… Partage …

 

 Léa COLMOU : Christmas in Brazil

 

For the first time in my life, I won’t be at home with my family for Christmas. I’ll be with 2 friends, in Rio De Janeiro in Brazil. My first Christmas under the sun! As a very Christian country, Brazil celebrates Christmas on the 25th of December. This day has a historical and religious aspects, both are to remember the birth of Jesus Christ Many Brazilian Christmas traditions come from Portugal as Portugal ruled Brazil for many years. Nativity Scenes, known as Presépio are very popular. They are set-up in churches and homes all through December. Christmas plays called 'Os Pastores' (The Shepherds), like the plays in Mexico, are also popular. In the Brazilian versions of the play, there's also traditionally a shepherdess and also a woman who tries to steal the baby Jesus! Most people, especially Catholics, will go to a Midnight Mass service or Missa do Galo (Mass of the Roster). The mass normally finishes about 1.00am.

On Christmas day, people might go to church again, but this time the services are often in the afternoon. After the Missa do Gallo there are often big firework displays and in big towns and cities there are big Christmas Tree shaped displays of electric lights. In Brazil, Santa Claus is called Papai Noel & Bom Velhinho (Good Old Man).Many Christmas customs are similar to ones in the USA or UK even though it's summer and very hot at Christmas time in Brazil. Many people like to go to the beach. Sometimes children leave a sock near a window. If Papai Noel finds your sock, he'll exchange it for a present! Favourite Christmas foods in Brazil include pork, turkey, ham, salads and fresh and dried fruits. Everything is served with rice cooked with raisins and a good spoon of "farofa" (seasoned manioc flour.) Popular Christmas desserts include tropical and ice cream. I look forward to spend Christmas in a different country and celebrate it on the beach!

Article rédigé le 13/12/2016 Léa COLMOU, étudiante LEA3

 

 

Perrine LE GOFF : How are Christmas and the New Year celebrated in China ?

Christmas isn’t part of the Chinese culture because the main religions in China are Buddhism (with 14% practising, representing around 185 million people according to Chinese Spiritual Life Survey in 2010) and traditional Chinese religions (almost 70%, representing 932 million people according to Chinese Spiritual Life Survey in 2010). However, Christmas exists in China through a commercial way.

Around Christmas, we notice Christmas decorations in the streets, Christmas menus in restaurants, people dressed up as Santa Claus, especially in the most developed part of China (the South-East of the country). Inside the country, Christmas doesn’t really exist. But Christmas doesn’t have the same impact as in western countries, no family moments, no big meal, a few presents or even nothing. It’s famous only for the commercial aspect. Only a few Chinese Catholic people celebrate it like us and know the significance of this celebration.
I think I will miss Christmas terribly this year as I go home in February, but we’ve discovered a western shop in Jinan (Shandong province, east of China), where I study. We found some meats, biscuits, wines and cakes, so we will celebrate it on our own. In addition, Christmas is very important for my two English friends because they are regular church goers, so they give a big importance to this special time of the year.

As for December the 31st, it’s not celebrated in China because its calendar is not based on the Gregorian calendar but on the lunar one, so the New Year’s date changes every year! This year, 2017 will start on January the 28th and will celebrate the Year of the Red Fire Cock. Chinese people celebrate it for a week. They visit their family and then the Spring Festival starts and lasts for 2 weeks. They celebrate it with food, celebrations, family moments, and presents...
It will be weird for me not to celebrate New Year’s Day and even sadder as I will start my finals on January the 1st, but I am excited to experience my first Chinese New year IN China! This country has so many things to offer, I look forward to living this moment.

Article rédigé le 13/12/2016 Perrine LE GOFF, étudiante LEA3

 

 

 

Rico LÖSER --- auf deutsch !

rico-loserGlück Auf,
(das ist der Begrüßungsspruch in meiner Heimatregion.)

Ich heiße Rico Löser, bin 18 Jahre alt und komme aus Deutschland, genauer gesagt aus Bockau. Wer dieses kleine Dorf mit mehr als 2000 Einwohnern nicht kennt, kann vielleicht mit der Partnerstadt von Guingamp "Aue" in Sachsen(Saxe) mehr anfangen. Vielleicht hilft euch die Hauptstadt von Sachsen Dresden(Dresde) mehr, um meine Ursprungsregion das Erzgebirge (les monts Métallifières) zu finden.

Was ich über 1400 Kilometer entfernt von meiner Heimat mache, ist ganz einfach:
Ich bin für 10 Monate in Guingamp, wo ich einen Service Civique absolviere. Dieser begann am ersten September und endet folglich Ende Juni 2015.
Vor meinem Zivildienst habe ich sehr erfolgreich mein Abitur in Deutschland abgeschlossen. Dieses Jahr in Guingamp möchte ich nutzen, die hiesige Kultur kennenzulernen und meine Sprachfertigkeiten in Französisch zu verbessern, um so ein bilinguales Studium in Deutschland und Frankreich im Studiengang Wirtschaftsingenieurwesen aufnehmen zu können.

sachsenNun etwas genauer zu meiner Arbeit: Ich arbeite jede Woche 24 Stunden als Animateur(Betreuer) u.A. an der Schule Francoise Leizour in Guingamp. Dort bin ich während der Mittagspause eine Art Pausen- und Essensaufsicht. Danach beschäftige ich mich mit den Vorschulkindern und bereite die TAP's mit vor. Nach Weihnachten werde ich selbst eine TAP-Aktivität zum Thema Deutschland leiten. Des Weiteren bin ich auch im Rathaus von Guingamp tätig, wo ich den Städtepartnerschaftsverein Guingamp/Aue unterstütze und selbst eigene Projekte wie z.B. eine internationalen Abend kreiere und durchführe. Für diesen Abend helfen mir die Deutschstunden des Studiengangs LEA1. Zusätzlich ist das Centre de Loisirs Guingamp am Mittwoch und in den Ferien mein Arbeitsort.

 

sprechensiedeutschJetzt fragt ihr euch, was ich an der Universität bei diesem vollen Programm noch mache:
In meiner Freizeit, die hauptsächlich am Morgen ist, besuche ich hier kostenlos Kurse der Studiengänge LEA1 und ECO1. So kann ich schon jetzt einen ersten Einblick in das Leben eines französischen Studenten erfahren und demnach meine Sprach- und Wissensfertigkeiten ausbauen. Als Gegenleistung hierfür, übernehme ich Aufgaben wie z.B. die Organisation der "Deutschen Woche" oder gebe nach den Oktoberferien für Anfänger Deutschstunden.
Wer noch mehr wissen möchte, kann mich gerne in der Uni ansprechen. Ich beiße nicht. ;)
Glück Auf

 

Inès et Julie ont fait leur 1er stage dans des lycées allemands

Julie Pléven et Inès Do Passo – étudiantes en LEA 1
Julie et Inès ont toutes les deux passé un mois dans deux collèges-lycées allemands différents, Julie étant à Ulm et Inès à Kassel. Elles étaient déjà allées dans ces établissements respectifs, au cours d’échanges: elles avaient donc déjà des contacts sur place, des correspondantes chez qui loger et savaient à quoi ressemblaient les structures d’accueil qui les attendaient. Julie a pu au cours de son stage observer le déroulement des cours de français, d’allemand et d’anglais dans des classes de 10 à 17 ans :  « Il y avait une équipe de six profs de français, je les aidais donc dans la préparation de leurs cours, j’intervenais devant le groupe d’élèves, parfois pour me présenter ou lire des textes. J’ai également pu animer un cours de français moi-même, avec la présence de mon maître de stage. » Inès, elle, observait les cours de français des collégiens et donnais des cours de soutien à de petits groupes.  Les deux s’accordent à dire que : « Les élèves allemands sont plus interessés, curieux et investis en cours. Le contact avec les professeurs et la manière de travailler ne sont pas les mêmes qu’en France. Par exemple, ils font beaucoup plus de travaux de groupe et d’ateliers ludiques. De manière générale, ils ont un bon niveau. » Ce stage leur a permis de redécouvrir deux villes et de progresser en allemand. Elles envisagent maintenant de faire leur prochain stage dans un pays anglophone pour, cette fois, améliorer leur anglais, et aimeraient aller dans un autre secteur, pour avoir un aperçu de l’étendue de ce que l’on peut faire après une licence LEA.

 Article rédigé le 02/04/13 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

 

Karen and Graham sell English books in France

Karen and Graham Faulds – book sellers in Brittany
Karen and Graham are a couple coming from the United Kingdom. You maybe saw them at the UCO in the occasion of the “Forum de la mobilité internationale” on January, Wednesday the 30th, selling English books in the hall. Graham is from Scotland and Karen from England. They have been living in France for 10 years now: “We live here because we didn’t like life in England: it was too expensive and too stressful and there is much more space is France while England is a very crowded country. The life here is more quiet and easier. We have a son who has been educated here and who is now at university in Scotland.” They are members of the AIKB. It’s an organization which help British people integrate in France. “It provides a lot of help for English people for live in French concerning health care, all the work office, and it’s social and practical. It’s for people to meet each other and also to help, particularly the English people”, explains Karen. The AIKB run a library, but the one of Karen and Graham is different. They have a van with their bookshop inside, and come to see their customers in their houses to purpose their books. The price is competitive: they sell the first book for five euros, but after if the customer gives them one, he can buy his second book for 2.5 euros. They began to practice that here in France, and they like it: “It’s a job we like to do: we like to meet people and of course we like reading, it’s the more important. We are able to advice people; show them the book they would probably like. It’s also an opportunity to discover Brittany, in England the roads are very busy but here it’s a pleasure to drive.” But where do their books come from ? “It’s a mixture, says Karen, we buy some in England, sometime people who want to empty their house give us their old books. We just deal with English books but we have some French customers who want to improve their English.” If you want to improve your English, you know now who you have to contact first. Especially for that, they have a website which is www.bmbe.webs.com.

Article rédigé le 25/02/13 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

 

Axel a fait son stage à la mairie d'Aue (Allemagne)

Axel Robin – Étudiant en LEA 1
Axel Robin a fait un stage d’un mois à la mairie d’Aue (Allemagne) grâce au jumelage de Guingamp et Aue et au partenariat entre l’UCO et le comité de jumelage. Axel avait deux grands projets au cours du mois. Le premier était de commencer la rédaction d’un site internet portant sur le jumelage de Guingamp et Aue, qui présente les deux villes, relate tout ce qui a été fait depuis le début du jumelage et informe des projets à venir. Le second concernait un évènement qui aura lieu à Aue au mois de mai : une jeune équipe de hand de Guingamp y a été invitée pour participer au tournoi annuel organisé par la ville. Axel a également eu l’occasion d’assister à des cours de français:  « J’étais avec des groupes de jeunes de 12 à 17 ans, on discutait en allemand avec les plus jeunes, et en français avec les plus grands. Je les ai trouvés vraiment ouverts et intéressés, ils me posaient beaucoup de questions et s’intéressaient à tout, aussi bien à ma vie qu’à la culture française ou ce que je pensais de l’actualité. J’ai trouvé cela vraiment enrichissant.»
Ce stage lui a permis non seulement de progresser dans la langue allemande, mais aussi de créer de nouveaux liens : « J’ai trouvé une famille d’accueil vraiment bien par une annonce que la mairie avait diffusée à la radio. Ils y ont répondu, et comme ils avaient déjà accueilli un Anglais pendant six mois auparavant ils connaissaient déjà le principe de l’échange. Ils connaissaient un peu la France et viendront à priori chez moi au mois de juin. Là-bas, j’ai trouvé les gens très avenants. Je sentais qu’ils aiment bien recevoir des étrangers et se retrouver en famille ou entre amis. Pour eux, c’est quelque chose de vraiment important ».

Article rédigé le 26/03/13 par Pauline Brisset, étudiante en LEA1

 

 À la découverte de Guingamp

Shannon Duigou, Laureen Pierre, Élodie Le Bellego et Marion Le Métayer – étudiantes en LEA 2
Le 18 mars, Shannon, Laureen, Élodie et Marion ont organisé une visite de la ville de Guingamp à travers ses monuments.  Elles suivent en effet une option «tourisme», et c’est avec l’aide de leur professeur qu’elles ont pu être les guides de la ville le temps d’une après-midi, dans le cadre du partenariat entre l’office de tourisme de Guingamp et l’Université.  C’était une bonne occasion pour elles de mettre leurs cours en pratique et pour la vingtaine de visiteurs, dont certains habitent à Guingamp même, « de joindre l’utile à l’agréable et d’en savoir plus sur des lieux devant lesquels on passe trop souvent sans vraiment faire attention ». Le groupe a donc pu découvrir ou redécouvrir les incontournables de la ville comme la basilique, la fontaine de la Plomée ou la maison de la Duchesse Anne. Mr Le Moal, fils de la dernière gardienne de la prison, s’est joint à elles pour apporter ses anecdotes sur la vie en prison autrefois et Mr. Le Gall, en tant qu’ancien ferronnier d’art, a lui aussi fait part de ses connaissances et apporté des informations complémentaires concernant le portail du jardin public. La visite fut donc enrichissante autant pour les visiteurs que pour les apprentis guide.

Article rédigé le 19/03/13 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

 

Yanick Kichenin expose les couleurs du Rajasthan à l'UCO

Yanick Kichenin, photographié devant son exposition  à la Bibliothèque Universitaire de l’UCO C’est à l’occasion du concours-photo « ma plus belle photo de voyage », pour lequel Yanick expose deux de ses clichés sur l’Inde, que nous avons voulu en savoir plus sur ses œuvres... Quinze jours plus tard, le voilà qui installe son exposition complète sur l’Inde à la Bibliothèque Universitaire guingampaise, du 4 février au 12 mars 2013…  Toujours à l’affut de la nouveauté technologique, c’est à Pondichéry sa ville natale, que Yanick Kichenin développe son affection pour la photographie. En Inde, seuls les photographes ont accès au matériel photo ; « les retouches sur négatifs se font dans la rue… » explique-t-il. Il est difficile pour lui d’assouvir sa passion, et c’est seulement en 1985, 2 ans après son arrivée en France que Yanick acquiert son premier appareil photo.  Il vit maintenant à Guingamp, depuis 1995. Sa générosité lui vaut de nombreuses rencontres amicales et il est depuis peu animateur au photo-vidéo club guingampais. Après avoir exposé à l’office de tourisme dernièrement, c’est à la Bibliothèque Universitaire de l’U.C.O. que Monsieur Kichenin nous fait partager ses clichés sur l’inde. Sur des tons fuchsia, bleu, orange, il nous dévoile sa ville natale sous toutes ses couleurs. Le Taj Mahal, Jaipur avec ses maisons roses, ou encore la ville bleue de Jodpur. Les habits sont très colorés, les hommes portent la moustache et le turban, les femmes le sari… « C’est typiquement indien » nous informe-t-il. Les photos de Yanick sont sans retouche, car « sinon c’est de l’image, et non de la photo » dit-il. Il se dit « maniaque de la photo », et s’exerce également au diaporama. C’est à travers les diverses activités du photo-vidéo club de Guingamp qu’il occupe une majeure partie de son temps, jonglant entre sa passion pour la photographie, et son métier de cuisinier qu’il exerce à Lannion.

Article rédigé le 11/02/13 par Lou Auffret, étudiante LEA1

 

Élodie a choisi de faire son stage en Allemagne

Élodie Le Bellego– étudiante en LEA 2
Élodie n’en était pas à son premier voyage: « J’étais déjà partie en Allemagne en quatrième, en Angleterre l’année suivante, au lycée j’avais fait un petit tour d’Europe en allant en Pologne, en Roumanie, en Autriche, en Hongrie, en République Tchèque… J’aime bien voyager et découvrir de nouvelles choses».

Le stage au programme de LEA1 représentait donc pour elle une possibilité de voyager à nouveau: « C’était l’occasion, alors j’ai souhaité retourner en Allemagne pour deux raisons: parce que je maîtrisais beaucoup mieux l’allemand que l’anglais et que j’aime bien ce pays de manière générale. J’ai eu du mal à trouver un stage, alors la professeur d’allemand que j’avais m’a aidée ». Finalement, c’est dans un Bar/Pub/Hôtel situé en Bavière, plus précisément à Stammham près d'Ingolstadt, que l’étudiante a passé un mois, hébergée par sa chef de stage.

« Ce qu’il a de bien là-bas, c’est l’attitude des gens: ils sont vraiment accueillants et sympas, dans le pub où je travaillais tout le monde se connaissait, et au moment de rentrer mes employeurs étaient presque plus des amis. Les seuls mauvais côtés, c’était les repas qui ne s’organisent pas de la même manière qu’en France et l’accent bavarois: certaines personnes âgées étaient difficiles à comprendre. Comme je ne suis partie qu’un mois, ma famille n’a pas vraiment eu le temps de me manquer. Quand je ne travaillais pas, je pouvais aller en ville, me promener, aller à la piscine. »

Ce qu’apporte un tel stage? Essentiellement une plus grande facilité à parler et comprendre la langue du pays concerné, mais aussi de bons souvenirs: « Cela m’a vraiment plu, je n’ai pas gardé beaucoup de contacts là-bas, mais j’essaierai d’y retourner l’été prochain ».

Article rédigé le 04/12/12 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

Un mois pour découvrir Munich

Romane Guegan– étudiante en LEA2
Pendant sa première année de Licence, Romane est partie faire un  stage d’un mois à Munich (Allemagne), au siège d’une entreprise de vente en ligne. « Ils vendent la marque Dakine: il s’agit d’articles sportifs, des sacs à dos de marque notamment, adressés  aux skieurs et surfeurs. Je me suis occupée du site internet français, en traduisant des descriptions d’articles, en améliorant la traduction et j’ai  traduit un site entier de e-commerce que le patron possédait. Je m’occupais aussi d’écrire et de répondre au téléphone aux clients français. » L’étudiante avait trouvé un hébergement grâce à une professeur de l’UCO qui avait déjà vécu à Munich et qui avait encore des contacts dans la ville. Elle a donc été hébergée chez un journaliste durant son stage, et avait en plus de la famille sur place : « Le cousin de ma mère y vivait. Le week-end, il m’a donc fait découvrir Munich et ses alentours. Pour moi, c’était un ville énorme! » Ici aussi, c’est la manière de manger qui l’a étonnée: « Dans l’entreprise, certains prenaient leur petit déjeuner sur place, et à 9h on sortait le fromage, les bretzels et de la charcuterie… ». Le bilan de l’expérience est positif: « J’ai acquis un tas de connaissances, mon vocabulaire s’est amélioré et j’ai surtout progressé en compréhension. J’ai dû là-bas faire preuve de beaucoup d’autonomie et savoir prendre sur moi car je ne me suis pas fait d’amis là-bas, mais ça m’a plu! Si c’était à refaire, je le referais. »

Article rédigé le 17/11/12 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

Un mois au Bénin, en équipe, pour l'humanitaire

Julie Pléven – Étudiante en LEA 1
Au mois d’août 2013, Julie ira à Niki (Bénin) avec son équipe de  compagnons  (aînés scouts). Ils partiront donc à 6 dans le cadre d’un projet sur un mois au programme de la deuxième année de compagnons. « Faire une action humanitaire, c’est quelque chose que je projetais de vivre depuis longtemps, et là c’était l’occasion de le faire.» Ce projet, c’est à son équipe de l’organiser de bout en bout, même si deux adultes référents les aident de temps à autre. Le choix de leur destination et des actions qu’ils mèneront leur appartient. « Nous n’avons pas encore trouvé ce que nous allons faire, nous cherchons un projet qui mêlerait les idées de chacun, donc quelque chose qui allierait construction et aide aux enfants, et qui serait à la fois durable et utile, qui se pérennise dans le temps. Le diocèse de Niki nous a proposé plusieurs projets comme l’alphabétisation. » Ils doivent également réunir eux-mêmes les fonds nécessaires à leur départ : «Ce voyage va nous coûter entre 10 000 et 11 000 euros, alors depuis l’an dernier on est en recherche de financements. La prochaine action que nous ferons sera l’opération papier cadeaux pour Noël à Chapitre (librairie de St Brieuc). Nous avons déjà reçus quelques dons de particuliers et avons obtenu un rendez-vous avec la radio RCF pour pouvoir présenter notre projet et faire un appel aux dons. Nous faisons également des opérations comme des ventes de gâteaux et de calendriers. »
« Je pense que ce projet va être bénéfique pour l’équipe en elle-même, que le fait de partir vivre un projet vraiment loin avec des personnes que je connais depuis des années, va nous apporter une meilleure tolérance et connaissance de l’autre. Bien sûr, la découverte d’un pays, d’un continent, d’une culture est un aspect intéressant.»

 Article rédigé le 06/12/12 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

 

Ils feront de leur stage d'étude une action humanitaire

Éric Grenouillet et Samuel Mouquet – étudiants en ÉCO 2
Du 1er février au 5 mars, Éric et Samuel partiront au Togo dans le cadre de leur stage d’étude pour aider au développement d’une coopérative agricole dans la région de Kpalimé.

La première étape de leur démarche a été de  trouver une association pour les accompagner dans leur projet. « Cela n’a pas été simple car peu proposent des missions de nature économique. Finalement, Urgence Afrique est sortie du lot parce qu’elle est sérieuse, connue, et propose un vrai suivi, ainsi que la mission qui nous correspond.» Ils partiront donc suivre le développement d’un projet lancé sur cinq ans et sur lequel d’autres bénévoles ont déjà travaillé avant eux. L’objectif final est de développer la ferme solidaire d’Hanyigba Todji qui regroupe une trentaine d’agriculteurs cultivant du cacao, des avocats, du café et des bananes. Les deux étudiants auront  plusieurs buts  à atteindre: « Nous allons essayer de proposer une solution pour emmener la marchandise au marché de Kpalimé, ce point constitue actuellement un gros problème car c’est l’acheteur qui vient au village et qui fixe les prix. Nous devrons aussi former le trésorier, diversifier les productions qu’ils proposent et leur apprendre à faire pousser d’autres produits pour varier l’alimentation des habitants. Sur place, un coordinateur Togolais nous aidera. » Pour le moment, ils recherchent les 4100 euros nécessaires au financement de ce projet. Pour cela, ils sollicitent les administrations, les conseillers régionaux, les mairies, certaines entreprises et l’UCO, mais font aussi appel aux dons des particuliers. Peut-être connaissez-vous leur page Facebook (Togo 2013-Mission éco) ou les avez-vous vus le 15 novembre présenter leur projet dans le hall. « Nous y étions pour nous faire connaître et chercher des personnes susceptibles d’être intéressées par notre projet. Les démarches pour trouver des financements prennent plus de temps que ce que l’on imaginait au départ, mais on ne retournera pas en arrière et on partira là-bas quoi qu’il arrive. C’est une action vraiment motivante, qui va nous permettre de voir ce que vit le personnel sur le terrain, de son cadre de vie jusqu’aux problèmes qu’il rencontre, et de suivre le circuit économique global, du producteur jusqu’au marché de Kpalimé. Nous voulons faire cette action parce qu’elle est concrète et nous permettra à la fois de partir à l’étranger, de découvrir une autre culture, de voir du pays et de vraiment servir à quelque chose. Cette expérience nous apportera probablement une autre vision du monde, une approche différente de l’économie, et on s’en souviendra toute notre vie. »

Article rédigé le 23/11/12 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

Chloé profitera de ses vacances d'été pour faire une action humanitaire au Sénégal

Chloé Le Doeuff– Étudiante en psycho 1
L’été prochain, Chloé ira au Sénégal, à Diofior, pour aider au développement d’un projet humanitaire.

« Depuis le mois de février, je cherche un projet humanitaire à réaliser. Maintenant, tout se met en route. », raconte-elle. L’étudiante a tout d’abord trouvé une association fiable, et s’est finalement tournée vers « Espoir enfants diofior ». Les objectifs de cette association sont de scolariser les enfants de 3 à 5 ans gratuitement, de réinsérer professionnellement des jeunes filles victimes de violences et de grossesses précoces, de permettre l’accès aux soins gratuits pour les enfants et le personnel du centre, de former des adultes aux outils informatiques, de proposer aux villageois un accès gratuit à internet afin de réduire la fracture numérique, et de replanter des arbres dans des espaces publics. Ensuite, elle s’est trouvé un travail pour acquérir les 1500 euros nécessaires au financement de son voyage, et la voilà décidée à partir pour 5 ou 6 semaines au lieu du mois prévu initiallement. Elle travaillera dans un centre qui durant l’année scoIaire fait office d’école mais qui pendant les vacances restera ouvert pour lui permettre d’organiser des activités. « Je suis déjà allée au Sénégal il y a deux ans, avec ma famille, mais c’était pour un voyage touristique. J’ai eu un vrai coup de cœur pour ce pays, surtout en voyant le mode de vie sénégalais, en allant manger chez eux, avec les mains directement dans les plats. Ce voyage m’avait permis de découvrir la  culture sénégalaise. Il est vrai que c’est un pays très pauvre, mais les gens y sont vraiment chaleureux et cela m’avait beaucoup plus. » Il y a plusieurs actions organisées par l’association sur la période pendant laquelle elle ira là-bas. Même si elle ne sait pas encore précisément ce que l’on attendra d’elle, elle sait que son rôle sera d’intervenir essentiellement auprès des enfants, mais aussi auprès des femmes. « J’essayerai de profiter de ce voyage pour visiter le pays. Je pense que c’est l’occasion de vivre une expérience riche, le fait de partir seule m’obligera à me débrouiller et être plus autonome, et j’estime que cela sera un plus pour plus tard. Le choix de ce projet n’est pas anodin, il y a une relation entre cette action et mes études  du fait que j’intervienne auprès d’enfants. C’est une action qui me tient tout particulièrement à cœur. »

Article rédigé le 03/11/12 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

 

Pour devenir bilingue, Charlotte est partie 9 mois aux États-Unis

Charlotte Kerhahro– étudiante en Psycho 1
L’année dernière, Charlotte a choisi de suivre un programme d’échange d’études aux États-Unis à Dallas (Texas) pendant 9 mois, avant de venir à l’UCO commencer une Licence de psychologie. Cela lui a été rendu possible grâce à l’organisme PIE (Programmes Internationaux d’Échanges).Les raisons qui l’ont poussée à partir étaient nombreuses: ce programme d’échange était non seulement l’occasion de progresser en anglais, mais lui permettait aussi d’avoir plus de temps pour réfléchir aux études qu’elle ferait après le bac, de devenir plus mature et de découvrir une nouvelle culture. Charlotte a pu, au cours de son séjour, rencontrer d’autres étudiants d’échanges : « Il y avait notamment une étudiante allemande dans le même lycée que moi avec qui je m’entendais bien, et j’ai rencontré d’autres étudiants comme moi lors de moments organisés par l’organisme pour que l’on se retrouve, ce qui permet de parler anglais avec des personnes qui ne sont pas de nationalité américaine. » L’étudiante a été accueillie par une famille américaine qui hébergeait également une autre étudiante d’échange venue de Géorgie : « Je n’ai pas vraiment gardé contact avec la famille dans laquelle j’étais hébergée, mais par contre je parle toujours aux étudiantes d’échanges rencontrées, je suis par exemple très proche de ma sœur d’accueil que j’irai sûrement voir dans son pays .» Les deux grandes différences aux États-Unis, sont selon elle la façon de manger : «Quand j’ouvrais le frigo, il n’y avait aucun légume ! », et l’accueil qui lui a été réservé par les habitants:  « Ma famille ne m’a pas tellement manquée parce que j’étais tellement prise que j’avais l’impression d’avoir toujours vécu là-bas. Les Américains sont tout le temps enjoués, ils viennent facilement parler, c’est ce qui me manque ici.» « Cette expérience m’a donné une année pour mûrir ce que je voulais faire, de la confiance en moi, de la maturité, de l’indépendance, un meilleur niveau en anglais puisque maintenant je suis bilingue, plein de choses finalement, et je suis contente d’avoir pris la décision de le faire.»

Article rédigé le 30/11/12 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

 

Le jumelage entre Guingamp et Aue a permis à Audrey d'aller faire un stage en Allemagne

Audrey Serandour – étudiante en LEA 2

Son premier stage à l’université, Audrey a choisi de le faire en Allemagne, à Aue,  dans une entreprise d’import-export de métal. Il y a plusieurs raisons à son départ : « Je voulais aller en Allemagne car je me débrouille bien en allemand et que j’aime bien la mentalité des gens de ce pays, les Allemands sont vraiment chaleureux. De plus, j’avais déjà fait quelques séjours en Allemagne auparavant, à Hambourg notamment. », dit-elle. Ce stage lui a été proposé par le comité du jumelage de Guingamp. Le contact privilégié qu’il a avec Aue lui a permis de trouver un hébergement : « J’étais dans une famille de boulangers-pâtissiers. Le week-end je restais avec eux, ils m’emmenaient visiter les villes autour d’Aue et Aue elle-même, voir leur famille, assister à des matchs de handball, j’ai d’ailleurs gardé le contact avec eux. » « Ce qui change beaucoup chez les Allemands, c’est leur façon de manger, ils n’ont pas de règles. Au petit déjeuner, ils sortent des œufs, du jambon, des céréales, des croissants, du café, du saucisson…  De tout. Et de manière générale, ils mangent beaucoup de charcuterie et de fromage. » Durant son stage, elle a eu diverses choses à faire : « J’ai traduit leur site web, appris les bases de l’import-export, fait des commandes et suivit les démarches principales comme les appels des clients étrangers et leur mode d’envoi.» Dans l’ensemble Audrey est satisfaite de son stage « J’ai progressé en allemand, même si au début c’était un peu dur de les comprendre. Ainsi dans l’entreprise où j’ai préféré les écouter, tandis que dans la famille je parlais plus. Ce séjour m’a permis d’apprendre du vocabulaire nouveau et spécifique. »Mais partir faire un stage à l’étranger demande certaines qualités et certains acquis : « Il faut être assez indépendant, parler un minimum allemand, être motivé, et pouvoir rester loin de sa famille et ses amis.»

Article rédigé le 17/11/12 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

 

Après plus de 12 ans de voyage, Anne-Catherine vient faire ses études à l'UCO

Anne-Catherine Le Pape – étudiante en LEA 1
A l’âge de 30 ans, Anne-Catherine dite « Katy » a choisi de revenir en Bretagne et s’est inscrite en LEA 1 à l’UCO, après de nombreuses années passées à l’étranger. C’est peu après avoir obtenu son CAP coiffure à 16 ans qu’elle a décidé de quitter la France pour aller vivre aux Antilles. « Je suis partie avec mon sac à dos, un billet pour partir et pas de date de retour. J’aurais pu rester une semaine ou un mois, et finalement l’aventure a duré 9 ans et demi. Je savais de toute façon à quoi m’attendre avant de partir puisque j’étais déjà allée au Burkina Faso, raconte-elle, mais je suis revenue parce ce qu’il faut savoir quitter ce que l’on a pour connaître autre chose. Je me suis rendue compte que ce que je voulais, c’était voyager. J’ai projeté de devenir interprète ou traductrice et j’ai passé 3 mois à apprendre l’anglais à Wall Street Institute afin d’avoir les bases nécessaires pour repartir. » C’est à Londres que Katy a choisi de se rendre, puis, au bout d’un an, elle a décidé de changer à nouveau de pays : « Mon niveau linguistique ne s’améliorait plus,  j’ai donc décidé d’intégrer une école pour me spécialiser, et de le faire en Allemagne car les écoles y sont moins chères. J’y suis restée un an : au début, je faisais une école d’anglais et j’apprenais l’allemand dans la rue, puis j’ai trouvé un boulot qui m’a permis le financement d’une deuxième école pour mieux apprendre l’allemand. Enfin, je suis partie 6 mois avec un cirque faire le tour de l’Allemagne, et suis revenue en France. » A son retour, grâce à une VAE (Validation d’Acquis d’Expérience), elle a commencé une Licence LEA à l’UCO. « J’ai besoin d’un diplôme certifié par l’État qui atteste de mon niveau pour la suite. Si j’ai les capacités de continuer j’enchainerai avec un Master de  traduction ou d’interprétariat. Pour mon séjour d’études à l’étranger de  troisième année, je voudrais partir aux États-Unis, et ce pour plusieurs raisons : à cause du rêve américain, parce que c’est tout de même une grande puissance et un grand pays, que le Canada est à côté, et que le fait de pouvoir obtenir un visa aussi facilement  n’est pas une chance à laisser passer. » « Mon grand projet, c’est de finir au fin fond de la Patagonie dans mon ranch, avec mes vaches et mes chèvres, et tous les employés qui m’aideraient seraient des gens en difficulté économique qui pourraient profiter de ce qui est produit. Le reste on pourrait le vendre, et reverser l’argent pour construire des écoles ou à ceux qui sont défavorisés. Cela serait un grand projet avec des chiffres tous petits, je ne veux pas refaire le monde ou le révolutionner. Devenir interprète,  c’est un moyen de mettre assez d’argent de côté pour aboutir à ce projet-là. »

Article rédigé le 17/11/12 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

 

Ils ont vécu à l'heure anglaise le temps d'un week-end

Léa Goizet, Axel Robin, Pauline Brisset, Shannon, Anne-Catherine, Luka, Mélissa Demais, Solène Gouzanet, Luka Stankov, Aurore Jan, Quentin Le Dizès, Vanessa Calvez, Juanito Robayo– étudiants en LEA 1 et 2 Le week-end du 11 novembre, 13 étudiants de LEA 1 et 2 sont allés en immersion dans des familles britanniques, dans les environs de Gouarec. Durant ces 2 jours, ils ont surtout pu avoir des échanges en anglais et ainsi progresser, « surtout en compréhension », avec des gens « vraiment très accueillants » nous dit Mélissa (LEA1), mais aussi découvrir ou redécouvrir la vie quotidienne d’une famille anglaise, en vivant leurs traditions.  Parmi ces traditions, on retrouve le « Bonfire Night », qui implique la création d’un pantin à l’éfigie de Guy Fawkes, un personnage historique. Les étudiants ont donc pu créer leurs propres « Guy Fawkes » pour les brûler ensuite un à un dans un ordre déterminé par deux professeurs d’anglais de l’UCO. Cela a eu lieu au cours d’un repas convivial réunissant les étudiants et les familles qui les accueillaient le samedi soir.  Ils ont également pu goûter au fameux « English breakfast », «Assez spécial, surtout à cause de la Marmite» selon Mélissa (LEA 1), cuisiner et faire des cup cakes comme Léa, Vanessa et Aurore (LEA 1) « tellement beaux qu’on n’a même plus envie de les manger », se balader et bricoler. Cet échange a été rendu possible par l’association « AIKB », qui a trouvé les familles d’accueil et fait correspondre leurs profils à ceux des étudiants demandant à partciper à ce projet. Une réussite? La réponse est un « oui » unanime, plusieurs familles aident aujourd’hui les étudiants qu’elles hébergeaient à trouver un stage en Angleterre, et pour d’autres comme Anne-Catherine (LEA1), ce retour est déjà au programme, puisque, de toute façon, « ils sont géniaux » (Luka, LEA2).

Article rédigé le 11/11/12 par Pauline Brisset, étudiante LEA1

 

 

Une étudiante suédoise à l'UCO

Theodora Vadsiou-ÉCO AES 1 Theodora nous vient de Stockholm, la capitale Suédoise.  A 20 ans, la jeune femme parle déjà 4 langues: suédois, grec, anglais et français.